Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 08:46

Flic de Louis XV

recherche 150 figurants

 

Le-Floch.jpg

 

Nicolas Le Floch. Ce patronyme vous évoque peut-être quelque chose si vous êtes fans de la plume de Jean-François Parot.  Dans le cas contraire, vous ne tarderez pas à l'intégrer à votre univers familier. France 2 a en effet décidé de donner corps à ce "flic au temps de Louis XV" à travers une fiction historique qui se tournera du 12 mai au 12 juin en Dordogne.

 

A cet effet, la production recherche 150 figurants, hommes et femmes entre 19 et 70 ans. Le casting se déroulera samedi 10 avril à la salle des fêtes de Jumilhac-le-Grand (Dordogne). Les critères s'avèrent très précis.

 

Les hommes : ils doivent mesurer entre 1,70 et 1,80 m et porter les cheveux longs (au moins au dessous des oreilles) pour coller aux canons du XVIIIe siècle.

 

Les femmes : elles devront mesurer entre 1,60 et 1,70 m avec des cheveux longs ou mi-longs de couleur naturelle. Mèches proscrites !!! La production recherche même des figurantes "à l'aise dans leur corps" pour jouer des prostituées des bas fonds. 

 

Laurent Derne  avatar

 

 

 

Pratique : Rendez-vous à la salle des fêtes de Jumilhac-le-Grand (Dordogne), samedi 10 avril, de 10 h à 11 h 30 ou de 14 h à 15 h 30, avec deux photos récentes (un portrait et une photo en pied), un numéro de sécurité sociale et, si possible, une fiche de renseignement, disponible auprès de la mairie d'Hautefort.

 

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 07:00

L'Assemblée nationale

perce à jour les serial killers

 

 
Michel-Fourniret200.jpgJeudi 10 juin, l'association "Victimes en série" (ViES) organise un colloque au Palais Bourbon (*),sur le thème « La Justice face aux tueurs en séries : enseignements à tirer du procès Fourniret ».
    
La journée se déroulera autour de trois tables rondes :
    
    1°) Techniques d’audition et coopération internationale : à partir de l’arrestation de Michel Fourniret, de quelle façon les investigations ont-elles été conduites, tant du côté belge que français ?
    
    2°) Gestion de l’instruction et du procès : de quelle façon la procédure a-t-elle été conduite jusqu’au prononcé du jugement ?
    
    3°) Comment améliorer la détection de la sérialité ? : une nouvelle affaire Fourniret est-elle encore possible ?

 
 
 
Pour connaître le programme et y participer GRATUITEMENT (dans la limite des places disponibles), cliquez sur le lien source ci-dessous  ou copiez-le dans votre navigateur :

 
 
Laurent Derne  avatar
 
(*) Palais Bourbon, 126 rue de l’Université, 75007 Paris.
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:00

La prison sans barreaux,

l'arme fatale anti-suicides ?

 

Je l'avoue sans rougir : je ne sais plus trop, aujourd'hui, à quel aumônier me vouer. Il y a peu, le tout sécuritaire prévalait dans le discours martial du chef de l'Etat et de son bras armé à la justice, Rachida Dati. Pour terroriser les délinquants, il fallait créer les peines plancher. Les procureurs généraux de toutes les cours d'appel se faisaient même tancer vertement lorsque le taux d'application de ces peines - à la discrétion des magistrats du siège, excusez du peu, la justice est encore indépendante dans ce pays ! - n'atteignait pas les niveaux attendus par la Chancellerie.

prison.jpg

 

Bref, pour lutter contre la récidive, c'était tout le monde au gnouf, automatiquement, et sans commentaires. On a aussi lancé les chantiers de construction de plusieurs prisons. Car avec plus de 60.000 détenus sous les verrous et des conditions de détention à faire frémir tous les défenseurs des droits de l'homme, en Europe comme ailleurs, il fallait dé-sen-gorg-ger. Désengorger après avoir bourré les prisons à craquer ? Elle était où la logique, là ? Ah oui, j'oubliais la vague de suicides qui fait mauvais genre et rappelle à la République que la relégation au ban de la société et la privation de liberté n'impliquent pas de surcroît le ravalement de l'être humain au rang de bête. 

   

Les peines de moins

de deux ans ferme

aménagées

 

Depuis, les peines de prison ferme inférieures à deux ans - prononcées sans mandat de dépôt - sont toutes aménagées. En clair, les condamnés ne voient plus l'ombre d'une geôle. Et voilà que l'on parle aujourd'hui de la prison sans barreaux. Le secrétaire d'état à la justice évoque même son objectif chiffré : "10% de détenus dans ces établissements" qui privilégient le travail et la confiance à la répression. Intention louable ? Vrai coup de pub ?

 

Mais que comprend exactement le grand public ? Que d'un côté, on parle de tolérance zéro, et que de l'autre, on vide les prisons ? Plusieurs pays européens sont cités en exemple pour ces prisons sans barreaux où le suicide n'existerait pas. La Finlande, entre autres. Pays 15 fois moins peuplé que la France et dont le taux de criminalité ne ferait pas même frémir le Grand Schtroumpf des Sceaux. Selon Le Parisien, 56 évasions de ces prisons sans barreaux ont été recensées dans ses établissements en 2008. L'opinion publique française est-elle prête à accepter, qu'au bas mot, un détenu par semaine se fasse la malle ? Non, vraiment, je ne sais plus trop à quel aumônier me vouer...

 

 

Laurent Derne  avatar 

 

PS : Au fait, 10% de 60.000, ça fait combien, ça... ?

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:43
Il prend le contrôle de
Britney Spears et d'Obama

pirate net

Un petit génie de l'informatique surnomme "hacker croll" aurait pirate twitter... Cette phrase absconse mérite un petit décodage. Bon, pour les non initiés, disons, pour les plus de 35 ans, Twiter est un réseau social sur lequel on peut poster de courts messages instantanés. J'ignore si ma grand-mère me lit, mais si tel est le cas, elle doit me prendre pour un dingue.

Trêve de bavardage. Lorsque j'ai decouvert l'info, cette nuit, "hacker interpelé, enquête de huit mois, intervention du FBI", j'imaginais un ado boutonneux du New Jersey, terré dans une ferme défraîchie, jouant a craquer des codes tout en rêvant de se faire embaucher a sa majorité par la CIA...

Je dois avoir le cerveau un peu trop ramolli par les séries américaines qui nous vendent ce genre de soupe jusqu'à plus soif. Car le fameux "hacker" - un pirate informatique, mamie ! - est... Français. Un Parisien, alors, étudiant dans une ecole cotée ? Que nenni ! Il s'agit d'un... banlieusard clermontois de 25 ans, un Auvergnat, quoi, titulaire d'un BEP technologique... Diantre ! On ne peut plus se fier a personne de nos jours.

Pour info, l'ami du FBI, qui malheureusement pour lui, n'est pas porté disparu, comparaîtra le 24 juin en correctionnelle. Il avait piraté le compte de people, pour la plupart, US, sans en tirer de profit. Tout juste se vantait-il de ses exploits sur... son blog ! Houla ! Gaffe a ce que j'écris, moi... !!!!!

Ah oui, j'allais oublier. Par mi ses "victimes", figuraient un politicien courageux, Britney Spears, et un chanteur pour ado hystérique, Barack Obama. C'est du moins ce qu'aurait laissé entendre leur profil Twitter après bidouillage !


 Laurent Derne
  
avatar
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 07:30
"On parle de nos cadavres
à table !"

Dans les séries policières, le légiste débloque souvent les cas les plus insolubles. Mais pour cela, il doit rester vigilant. Ouvrir l'oeil. Et parfois, ne pas le fermer de la nuit. Deuxième volet de notre portrait...

legiste-3.jpg 

S'imprégner du contexte pour mieux diagnostiquer. "Il faut avoir l'oeil, estime Sophie V., être observateur, concentré". L'expérience, encore et toujours. De son père, cette femme volubile et fantasque a conservé la manie de parler de "ses" cadavres... à table. "De préférence quand on est en train de manger", confirme l'une de ses filles avec malice, rompue à fréquenter nuitamment les scènes de crime.

Aux assises, son franc-parler en désarçonne plus d'un. "Je suis très naturelle. Et je n'aime pas me sentir dans la peau de l'accusé". Etre cuisinée, ce n'est pas son truc. "Mais j'adore le pénal".

A demi-mots, elle évoque les dossiers marquants qui ont jalonné sa carrière. Du cannibale corrézien à l'affaire des chiens empoisonnés. Faites entrer l'accusé et la série américaine Bones font les délices de cette fan de dissection. "J'aime bien aussi me plonger dans un bon polar", confie-t-elle.

Sa naissance "dans une 2CV, rue Jean de la Fontaine à Paris", l'a incitée à lire Proust qui y était domicilié. Elle adore Alfred Jarry et son "docteur Faustroll", mais sans doute moins que de monter à cheval. "La seule chose qui me permette de m'évader". Amatrice de jazz, Sophie V. se délecte aussi de Schubert. La jeune fille et la mort. Comme une évidence... 


Laurent Derne
  avatar



Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 09:06

Autopsie d'un légiste
trompe-la-mort


Chez Sophie V., l'humour noir se révèle aussi tranchant que la lame d'un scalpel. Comme tous les médecins légistes, elle carbure au cynisme. Pour mieux "défier la mort".

legiste-2.jpg


Son Panthéon professionnel est peuplé de fantômes. Femmes trucidées, hommes suicidés, couples accidentés, enfants violés... "La violence de ces scènes ne disparaît jamais. Il m'arrive régulièrement de faire des cauchemars".

Depuis vingt ans, Sophie V. exerce le métier de légiste dans le grand ouest. Expert auprès de la cour d'appel de Limoges. Une évidence pour cette fille, petite-fille et arrière-petite-fille (!) de médecin. "Mon père occupait la chaire de médecine légale de Tours. Il a formé tous les gtrands spécialistes français. Dès l'âge de sept ans, j'avais choisi ma voie", confesse-t-elle en caressant du bout des doigts un traité de médecine légale du XIXe siècle.

"Tu ressens la violence,
 le désordre,
 l'odeur, le sang"


Elle manie le tutoiement aussi facilement que le cynisme. "Je respecte le corps humain. Mais c'est avant tout pour moi de la matière. On n'est pas des chcochottes !". Par défi, elle brandit l'humour noir. Aussi tranchant qu'un scalpel. "Peut-être pour apprivoiser la mort ?".

Au moindre doiute sur l'origine d'un décès, policiers, gendarmes et magistrats sollicitent le légiste. "La levée du corps, c'est la partie du métier la plus intéressante et la plus dure à vivre. La table en acier et les actes chirurgicaux déshumanisent la victime. Mais pour une femme assassinée, par exemple, tu ressens la violence de la scène. Le désordre, l'odeur, le sang. Des images flottent. Cela reste impressionnant..."


Laurent Derne  avatar


A suivre, le deuxième volet :
"On parle de nos cadavres à table !"

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 09:24
Comment distinguer
un "bombero" d'un Etarra ?


Petit manuel pratique de lutte anti-terrorriste a usage collectif ou "Les cinq façons de distinguer un pompier catalan d'un terrorriste basque" :

ETA
L'un des Etarras interceptés, après le meurtre d'un policier, mardi, en Seine et Marne (Le Parisien).

1.
Le pompier catalan fait le beau devant les caméras de surveillance des grands magasins. En cela, il est proche de son lointain cousin transalpin. Une boîte de brillantine en poche, il n'hésite pas a se recoiffer au rayon de l'alimentation canine.

2. Le pompier catalan est photogénique. A le voir a la télé, on le croirait tout droit sorti d'une série de téléréalite style "Le chorizo de la tentation". Le terrorriste basque, lui, tire toujours la tronche sur les rares photos dont on dispose de lui...

3. Le pompier catalan fréquente en priorité le rayon charcuterie des hypermarchés. L'Etarra se croisera plus fréquemment au rayon bricolage...

4. Chez les pompiers catalans, les virées "en Francia" sont exclusivement masculines. Chez les Etarras, comme au Club Med, au Pacha ou chez Moving, les femmes sont cordialement conviées. La lutte armée n'a pas de sexe comme disait Simone de Beauvoir...

5. Le pompier catalan ressort libre de garde a vue. Du moins trois fois sur quatre. Le terrorriste basque finit au trou avec une flopée de livres en castillan pour bien l'agacer. Attention toutefois : à l'instar de l'etarra, le pompier catalan abhorre le pouvoir central madrilène. Gare aux méprises !!!


Laurent Derne  avatar
 
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 17:47
Jacques Viguier acquitté
une seconde fois

Suzie Viguier adulte copie


Jacques Viguier n'est pas le meurtrier de son épouse Suzanne, mystérieusement disparue la nuit du 27 février 2000 de leur domicile toulousain. Ainsi vient d'en décider la cour d'assises du Tarn après sept heures de délibéré. Acquitté en première instance, le professeur de droit ressort libre "après dix ans d'horreur et de chemin de croix", selon ses propres mots, adressés au jury avant qu'il ne se retire.

Cet arrêt ravira les trois enfants de l'accusé et la mère de Suzanne, convaincue de l'innocence de son gendre. Il enfoncera un peu plus les deux soeurs et l'amant de Suzy, intimement persuadés de sa culpabilité. Mais l'issue de ces trois semaines de procès pouvait-elle être différente ? Car si l'accusation s'appuyait sur les mobiles supposés du professeur de droit (divorce enclenché par Suzy, couple déchiré, présence de l'amant...) ou sur son étrange comportement dans les jours suivants la disparition de son épouse (il a mis plusieurs jours à la signaler, a détruit le matelas du clic-clac dans lequel elle dormait...), elle n'a jamais pu produire à la cour qu'un faisceau d'indices à charge. Mais ni corps, ni éléments matériels probants.

Jacques Viguier est libre. Suzanne demeure absente. L'enfant d'Aurillac (Cantal) devenue professeur de danse vit-elle heureuse au soleil, comme tentait de se persuader naïvement l'un de ses enfants à la barre ? Est-elle six pieds sous terre, comme n'en doutent pas une seconde ses deux soeurs ? Quelqu'un l'a-t-elle aidée à "disparaître" ? La justice n'est jamais parvenue à résoudre l'équation. Mais aujourd'hui, elle persiste et signe : Jacques Viguier est libre. Frappé à jamais du sceau de l'innocence... 

Laurent Derne
 
avatar
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 16:59
Affaire Viguier
Les jurés délibèrent


20.-cinq-balles.jpg
Les jurés se sont retirés en fin de matinée pour délibérer (DR).

"Je viens de vivre dix ans d'horreur et de chemin de croix. J'espère que ces débats qui ont été longs et douloureux pour moi vous auront prouvé mon innocence. Faites que mon univers ne s'effondre pas. Rendez-moi ma dignité d'homme pour les enfants et pour Suzy". En s'adressant directement aux jurés, avant que ceux-ci ne se retirent, en fin de matinée, pour délibérer, Jacques Viguier a, une fois encore, clamé son innocence dans la disparition de son épouse Suzanne, le 27 février 2000.

Accusé de meurtre dans une affaire sans cadavre et sans preuves matérielles, le professeur de droit toulousain avait été acquitté en moins de deux heures en première instance. Il semble que la cour d'assises du Tarn prenne cette fois-ci davantage son temps pour sceller le sort de Jacques Viguier. A-t-il commis un homicide volontaire ? Si au moins dix membres du jury (sur douze) répondent par l'affirmative, il sera condamné. Restera à fixer le quantum de la peine.

Dans le cas contraire, la cour devra examiner deux questions subsidiaires : Jacques Viguier a-t-il des violences volontaires sur son épouse ? Ces violences ont-elles entraîné la mort sans intention de la donner ? Verdict, dans les heures (minutes ?) à venir...


Laurent Derne
 
avatar
 
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 08:24
Affaire Viguier
Le verdict attendu
en fin de journée


Viguier-verdict.jpg
Hier, sur le site web du Parisien...

Les avocats de la défense auront la parole, aujourd'hui, pour le dernier jour du procès en appel de Jacques Viguier, ce professeur de droit toulousain accusé du meurtre de son épouse, Suzy. Mystérieusement disparue la nuit du 27 février 2000, cette professeur de danse aurillacoise de 38 ans n'a plus donné signe de vie depuis dix ans...

Hier, devant la cour d'assises du Tarn, l'avocat général a réclamé une peine de 15 à 20 ans de réclusion contre l'accusé, conformément aux réquisitions du premier procès, lors duquel Jacques Viguier avait été acquitté. Au terme de trois semaines d'audiences passionnantes, son destin se joue ce soir.


Laurent Derne
 
avatar
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • : Retour sur de vieilles affaires criminelles et la justice du XIXe siècle, principalement en Auvergne, Limousin, Aquitaine et Midi-Pyrénées (Corrèze, Cantal, Périgord...) et décryptage de l'actualité judiciaire. Le blog de Laurent Derne.
  • Contact

Recherche

Liens