Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 08:12
Humeur : Le grand
chaos judiciaire

justice-rouge.jpg
Magistrats, avocats, greffiers, gardiens de prison... La justice tournera au ralenti, aujourd'hui.

avatarMagistrats, avocats, greffiers, gardiens de prison... Tous défileront, lors d'un grand rassemblement national, aujourd'hui, à Paris, entre le palais de justice et la Chancellerie, siège du ministère. En cause, la réforme de la procédure pénale, dont les professionnels ne veulent pas. Mais la fracture semble désormais profonde entre le gouvernement et le monde judiciaire. La réforme de la carte du même nom, menée à la hussarde par le soldat Rachida Dati - désormais avocate ! - a provoqué des victimes colatérales sur l'ensemble du territoire pour une efficience amoindrie et une rationalité économique qui reste à démontrer : la facture, pour les plus pessimistes, avoisinerait les 1,5... milliards d'euros. Pas mal pour éloigner un peu plus le justiciable des lieux où la justice est rendue !!!

Les professionnels du monde de la justice dénoncent "le mépris" dans lequel ils seraient tenus par l'executif. Mais lorsque la justice s'enrhume, c'est tout le corps social qui tousse pour reprendre une formule d'un chanteur à la mode. Les attaques incessantes, répétées, contre l'indépendance de la justice, sapent le fondement même de notre vie en collectivité. Tous les citoyens devraient en prendre conscience. La justice, ce n'est pas uniquement l'affaire des petits délinquants et autres bandits de grand chemin. La justice pacse. La justice divorce. La justice tranche les petits (ou grands) litiges qui empoisonnent la vie familiale ou sociale. La mettre à genoux, c'est nous tirer à tous une balle en pleine tempe et maquiller le meurtre en suicide. Ni vu, ni connu...

Laurent Derne 
avatar
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 07:30
Laurent Derne dédicace
à Chaussenac (Cantal)

dédicace

Après Naves (Corrèze), le week-end dernier, votre serviteur rencontrera ses lecteurs, samedi 12 mars, de 10 heures à midi, à l'occasion d'une séance de dédicaces pour son ouvrage "Crimes et faits divers Corrèze-Cantal" (Geste éditions). Demain, sur ce même blog, dans la rubrique "L'affaire de la semaine", vous découvrirez l'histoire de cet incendiaire criminel qui avait mis Pleaux à feu et à sang en 1862.

A lire demain dans L'Affaire de la semaine : Le cordonnier finit les fers aux pieds
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 19:33

France 3 Limousin
sur le pont !

france3Allez, un p'tit bonus... France 3 Limousin est venu tourner un reportage à la foire du livre de Naves, dimanche. Toute ressemblance avec un nouvel auteur signant ses bouquins à des lecteurs en folie serait indépendante de ma volonté !!!

Cliquez sur le lien suivant ou copiez-le dans votre navigateur...

http://info.francetelevisions.fr/video-info/player_html/index-fr.php?id-video=915CCB3E70E64463B5F91393D8049BC8_cafe_lpc_070320102013_F3&chaine=&id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_LIMOUSIN&ids=&timecode=false&sequence=false


Puis avancez jusqu'à 19:25, en fin de journal... couvcrimes&faitsdivcorreze-cantalRVB

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 08:00
Pourquoi il faut filmer 
TOUTES les gardes à vue


La réforme de la procédure pénale voulue par Michèle Alliot-Marie envisage de filmer l'intégralité des gardes à vue. Les cinq raisons pour lesquelles cette idée doit être appliquée.

GAV.jpg





1. GAVA l'heure actuelle, toutes les gardes à vue de mineurs font déjà l'objet d'un enregistrement vidéo. Pourquoi leurs aînés seraient-ils logés à différente enseigne ? Les hommes ne naissent-ils pas libres et égaux en France ? Liberté, égalité... GAV !

2. GAV
La judiciarisation de notre société où l'avocat devient l'interlocuteur privilégié entre le délinquant et le juge, le salarié et le patron, la poire et le fromage, s'apparente de plus en plus à un système à l'américaine. Où les gardes à vue sont filmées depuis belle lurette.

3. GAVFilmer toutes les gardes à vue obligerait les services d'enquête à travailler différemment. Voire à effectuer une véritable révolution. Difficile de faire avouer un suspect en usant de pression psychologique lorsque la caméra tourne. La religion de l'aveu passerait peut-être de mode au profit d'investigations fouillées, étayées par des preuves scientifiques.

4. GAVEnvisager de filmer tous les interrogatoires de garde à vue, c'est donner un coup de pouce appréciable, en ces temps de crise, aux géants de l'informatique. Cette mesure coûtera plusieurs millions d'euros à l'Etat pour équiper l'ensemble des brigades de gendarmerie et des commissariats du matériel adéquat. Sans compter la formation des personnels qui devront, en outre, respecter une procédure nouvelle et, par conséquent, délicate.

5. GAV
LA bonne nouvelle, c'est que cette mesure entraînera une chute considérable du nombre de ces fameuses gardes à vue (800.000 en 2009 selon le Ministère de l'Intérieur), mesure provisoire de privation de liberté utilisée de manière exponentielle ces dernières années pour des faits qui ne le justifient pas toujours. Ce n'est pas parce qu'on est à l'ère du numérique qu'on va se mettre à gâcher de la pellicule, quand même ???

Laurent Derne
   
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 11:15
Jacques Viguier : "L'énigmatique professeur
de droit"



C'est l'une des plus grandes affaires criminelles que la France ait connu ces dix dernières années. Et l'un de ses personnages principaux, Suzy, est Auvergnate. Demain, lundi, débutera la deuxième semaine du procès en appel de Jacques Viguier, ce professeur de droit toulousain accusé du meurtre de son épouse, mystérieusement disparue le 27 février 2000. Je ne saurais trop vous recommander l'excellent portrait de l'accusé brossé par Geoffroy Tomasovitch dans Le Parisien Aujourd'hui en France (voir photo ci-joint), où l'on apprend notamment que l'accusé souffre de troubles bipolaires.
Le mystère sera-t-il résolu au bout des trois semaines d'audience prévues ?

Laurent Derne
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 10:00
Laurent Derne
dédicace à Naves

Naves-affiche.jpg

N'oubliez pas ! Je participe toute la journée à la 13e édition de la Foire du livre Mille et une pages, à Naves, près de Tulle (Corrèze). Rendez-vous de 10 heures à 18 heures (c'est écrit dessus !!!).

Laurent Derne - "Crimes et faits divers Corrèze-Cantal (Geste éditions), 216 pages, 19 euros.
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 00:00
Hélène : "Je la revois partir
 en voiture"

Suite et fin de l'interview d'Hélène, la soeur cadette de Suzy Viguier, née, comme son aînée, à la maternité d'Aurillac... Elle avait été réalisée en 2004, quatre ans jour pour jour après la mystérieuse disparition de Suzanne Viguier. Mais demeure d'une étonnante actualité.

soeurs Blanch copie
Suzanne, à gauche et Hélène, à droite, encadrent leur demi-soeur, Carole.


Quelles relations entreteniez-vous avec Suzanne ?

"Malgré notre rivalité d'enfants, on faisait les quatre cents coups ensemble. Le divorce de nos parents a marqué une sorte de cassure [la famille Blanch a quitté le Cantal à la suite de cet événement en 1973]. Au bout de quelques mois, Suzanne a souhaité retourner vivre avec papa. Je suis restée avec maman. Après, il y a eu des hauts et des bas. On ne s'est pas parlé pendant quelques années. Le décès de notre père, en mai 1999, nous a beaucoup rapprochées. Tout a redémarré entre nous. C'était quelques mois seulement avant la disparition de Suzy".

Quattendez-vous de la justice aujourd'hui ?

"Les enquêteurs du SRPJ de Toulouse ont effectué un travail énorme. Ils ont fouillé partout pour retrouver ma soeur, draguant même des étangs. Il faut d'ailleurs reconnaître que son assassin a été très fort pour faire disparaître son corps [...]. J'attends les assises avec impatience. Même si, sans cadavre, on n'est pas à l'abri d'une mauvaise surprise".
[Prémonition ? Accusé du meurtre de son épouse, Jacques Viguier avait été acquitté par la suite, par la cour d'assises de Toulouse. Il comparaît actuellement en appel devant celle du Tarn]

Quelle est la dernière image que vous gardez de Suzanne ?

"Le lundi avant sa disparition, elle est venue à la maison. On a joué avec les enfants. On a passé une journée mémorable. En plaisantant, je lui ai même dit : C'est le premier jour où on ne se dispute pas. Je ne l'ai pas gardée à dormir parce qu'on recevait du monde à la maison. Je la revois partir en voiture. Sa main qui me fait au revoir par la fenêtre. Je n'aurais jamais pensé que c'était la dernière fois que je la voyais".


Laurent Derne
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 16:05
Affaire Viguier - "J'ai vécu le premier coup de théâtre"


avatar.jpg   Comme je vous l'ai déjà indiqué précédemment, l'un de mes contacts a eu la chance d'assister à plusieurs audiences du procès en appel de Jacques Viguier, la semaine passée. Acquitté en première instance, ce professeur de droit toulousain est accusé du meurtre de sa femme, Suzanne, une Cantalienne avec laquelle il a eu trois enfants. Suzy s'est évaporée la nuit du 27 novembre 2000. Depuis, plus de nouvelles.
Bienvenue dans le prétoire albigeois en compagnie de celui que je nommerai... "Pottecher", en hommage au grand chroniqueur judiciaire radiophonique des années 60...

trib-albi-2.jpg
Vue intérieure du cloître du palais de justice d'Albi, où Jacques Viguier comparaît en appel pour le meurtre supposé de son épouse aurillacoise, Suzanne, disparue le 27 novembre 2000.

Pottecher.jpg
 Pottecher, notre témoin privilégié :
"J'ai eu la chance d'assister, hier, vendredi, au premier coup de théâtre  de ce procès surmédiatisé. Cette matinée du 5 mars n'annonçait pourtant rien d'exceptionnel.

Se succèdaient ainsi à la barre des témoins, proches de la famille, utilisés à plus ou moins bon escient par chacune des parties. Seul Jacques VIGUIER, face à des jurés particulièrement attentifs à sa parole et qui avaient manifestement plus que jamais conscience de la lourdeur de leur tâche, semblait finalement tirer son épingle du jeu. Jamais pris en défaut, il répondait avec froideur et détermination en des termes choisis, presque étudiés et préalablement pesés sur chacun des témoignages susceptibles de mettre à mal sa ligne de défense, jusqu'à les faire paraître comme des " glissements de vérité ".

Loin de lui le personnage falot et presque inexistant qui était apparu en première instance. C'était la renaissance du prof de fac tant reconnu".
 

 
Rebondissement                                                                                                                   Pottecher


Pottecher : "Le film, jusqu'alors plutôt convenu, prenait une nouvelle dimension lorsque l'excellent président RICARDI choisit - ce qui est pour le moins inhabituel - de diffuser les écoutes téléphoniques essentielles, plaçant parfois les témoins ou l'accusé face à leurs propres contradictions.   

Puis venait le moment de l'audition de Philippe COUTURIER, ami de Suzy et parrain de leur fille. Il faisait part quasi immédiatement de son sentiment de malaise à l'issue du premier procès. Son sentiment, disait-il, s'était renforcé suite à la diffusion d'une émission de télévision dans laquelle l'amant de Suzy affirmait s'être rendu dans la maison du couple VIGUIER le lundi suivant la disparition, et ce, accompagné de la baby-sitter.

Or, ce n'est pas ce que cet homme lui avait affirmé à l'époque. Il lui aurait en effet indiqué s'y être rendu dès le dimanche, jour supposé du crime, seul, et en passant par la porte de derrière qui, selon lui, était très rarement fermée à clef."

"Si cette déclaration ne changera peut être pas la donne, il n'en demeure pas moins que, malgré la multiplication des traitements médiatiques de l'affaire, elle est révélatrice de ce que tout n'avait pas déjà été dit...".

Alors, premier coup de théâtre ou témoignage orienté pour impliquer l'amant ? Réagissez !

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 10:00
Naves : L'heure du crime
a sonné
couv-dynamik-1.jpg

Petite piqûre de rappel. Demain, dimanche 7 mars, je participerai au Salon du livre de Naves, près de Tulle, où je dédicacerai "Crimes et faits divers Corrèze-Cantal" (Geste éditions), en attendant la parution très prochaine d'un nouveau volume consacré au Périgord.

Criminellement vôtre !

Laurent Derne
Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 05:30
"Je veux retrouver
le corps de ma soeur"


L'interview date d'il y a six ans. Mais elle demeure d'une triste actualité. Native d'Aurillac, comme son aînée, Hélène évoquait sa frustration. Et son impatience de voir la vérité éclater.

soeurs-Blanch-copie.jpg
Ce cliché de famille, a été pris au début des années 1980. Suzy (à gauche en débardeur rayé) et Hélène (à droite), entourent leur demi-soeur Carole. Cette photo m'avait été fournie par Hélène en 2004.


En l'an 2000, quasiment jour pour jour, votre soeur disparaissait. Comment vivez-vous cette absence ?

Hélène Blanch : "Il n'y a pas un jour sans que je pense à elle. Certaines dates font plus mal que d'autres. Le 27 novembre, jour de son anniversaire. Le 27 février, date de sa disparition. Il faut croire que certaines dates, parfois, vous poursuivent".

Gardez-vous l'espoir de la revoir vivante ?

"La retrouver vivante relèverait du miracle. Elle n'a jamais donné signe de vie à ses enfants. Je sais qu'elle l'aurait fait si elle était encore vivante. Aujourd'hui, le seul espoir qui nous reste, c'est de retrouver son corps. Mais le plus dur dans cette histoire, c'est de vivre avec l'incertitude. Cela nous empêche de faire notre deuil".

Le drame qui touche votre famille a beaucoup ému le sud Cantal où vous avez passé une partie de votre enfance. Quels souvenirs gardez-vous de cette époque ?

"Avec ma soeur, nous avions trois ans et demi d'écart. Par hasard, je suis née à la maternité d'Aurillac... dans la même chambre qu'elle. Je me souviens très bien de notre maison qui surplombait Maurs, la grande terrasse, le poulailler, le chenil de mon père qui était chasseur. Je me rappelle les fêtes costumées qu'on organisait avec les copains et les copines d'école. A cette époque, nous dormions dans la même chambre, Suzanne et moi, à l'étage. J'ai quitté le Cantal à l'âge de 8 ans. Je n'arrive pas à y retourner. Il faudra bien que je le fasse un jour car mes enfants veulent voir où j'ai grandi...".


Laurent Derne


A suivre : Hélène : "Je la revois partir en voiture..."
Repost 0
Published by Ze Fox - dans actu justice
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • : Retour sur de vieilles affaires criminelles et la justice du XIXe siècle, principalement en Auvergne, Limousin, Aquitaine et Midi-Pyrénées (Corrèze, Cantal, Périgord...) et décryptage de l'actualité judiciaire. Le blog de Laurent Derne.
  • Contact

Recherche

Liens