Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 12:49

Jérôme Kerviel s'endette pour... 170.000 ans !

 

justice rouge 

 

Il a beau être le trader le plus célèbre de France, symbole des dérives de la société capitaliste, Jérôme Kerviel, le "bogosse" aux allures de gendre idéal n'en demeure pas moins un Français comme un autre. Pour preuve, il vient de s'endetter pour les... 170.000 prochaines années de son existence. avatar

C'est du moins la traduction du jugement rendu ce matin par le tribunal correctionnel de Paris qui l'a condamné à rembourser 4,9 milliards d'euros à son ancien employeur (ainsi qu'à trois ans de prison ferme). Ce montant correspond à la perte affichée par la Société générale dans cette affaire de spéculation effrénée qui a défrayé la chronique début 2008.

Jérôme Kerviel a dores et déjà annoncé son intention de former appel, réfutant tout abus de confiance. Dommage. A travers cette décision, l'ex-trader devenait le symbole humain d'un système inique. Le petit cadre médiocre touchant 2.300 euros par mois, submergé par ses crédits bancaires. Un type normal, en somme. Endetté jusqu'à la fin de ses jours pour permettre aux établissements bancaires de prospérer en toute impunité en fragilisant en toute impunité l'équilibre de l'économie mondiale. Et avec l'argent du contribuable, s'il vous plaît !  

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:48

Un gamin doit-il envoyer      son père à l'échafaud ?

29.-la-fouine.jpg

 Il se prénomme Georges, est âgé de huit ans et son témoignage peut envoyer son propre père sur l’échafaud pour assassinat. Dans le prétoire, la tension atteint des sommets. Le gamin s’approche de la barre. Cas de conscience (extraits de Crimes et faits divers Périgord, par Laurent Derne, chez Geste editions) :


 

30.-la-fouine.jpg

C’est un petit bout d’homme traqué. Un gosse de huit ans apeuré, dont les souliers un peu trop lustrés tranchent avec sa blouse bleue de paysan. « On voit qu’ils l’ont sorti exprès de l’orphelinat », ricane un moustachu au front grêlé, dont l’armée de la République ne voudrait pas même comme chair à canon. La mine verdâtre, telle une mare asphyxiée par l’algue cyanophycea, le petit Georges s’approche de la barre. Il paraît monter les derniers degrés de sa courte existence.

Les quatre accusés retiennent leur souffle. Georges sent le regard de son père le foudroyer avec une intensité insoutenable. Tendue comme une arbalète, sa mère le transperce d’une volée de carreaux oculaires. Ses géniteurs fulminent dans le box. Car ce que le gamin sait - ou croit savoir - pourrait bien signifier leur arrêt de mort…

 

30. la fouine[...] Dans le box, les deux hommes accusés d’assassinat et d’un vol commis, quelques mois plus tôt, selon le même mode opératoire, sont accompagnés de leurs épouses. Louise, 31 ans, et Marie, 39 ans, répondent de complicité de vols. Devenues mères en prison, elles ont dû se séparer de leurs nouveaux-nés dès l’entame des débats selon les exigences du président. « Des employées de l’hospice garderont ces enfants en dehors de l’audience. Nous procéderons régulièrement à des suspensions de séance afin que vous puissiez les nourrir »...

 

Qu'a révélé le gamin ? Comment ses parents ont-ils vécu sa déposition ? Quel verdict a rendu la justice ? Réponses dans Crimes et faits divers Périgord (Geste éditions)...

avatar

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:52

Elire les juges d'application des peines ? Chiche !

 

justice tématik blog

 

Atlantiste convaincu, le Garde des sceaux, Brice Hortefeux, a émis récemment l'idée de faire élire les juges d'application des peines, comme les Américains peuvent le faire avec leurs procureurs ou leurs shériffs. Comment ? Brice Hortefeux n'est pas Garde des sceaux ??? Oui, bon, Ministre de l'Intérieur, Garde des Sceaux, apparemment, sous cette mandature, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. La justice ne devrait-elle pas être le bras armé de la police ?!!!

Mais trêve de persiflage, voici trois raisons pour lesquelles l'idée du plus (tristement) célèbre des Auvergnats me paraît formidable.

 

20. cinq balles1. Le peuple est sage et souverain

Si le péquin moyen peut élire ses juges, la délinquance va chuter de plusieurs dizaines de pour cent. Eh, oui, c'est mathématique, comme dirait un autre Auvergnat, Blaise Pascal. C'est uniquement l'indépendance des juges qui fait qu'ils n'embastillent pas à tour de bras. Pour se faire remarquer, en somme. D'ailleurs, le vrai problème avec les indépendants, c'est quand ils sont plusieurs...

 

20. cinq balles2. La loi, on l'applique... ou on l'acquitte

Chaque fait divers surmédiatisé nous le rappelle : les JAP et autres JLD ne font pas leur travail. Ce n'est pas faute de le seriner à longueur d'interviews. Et s'ils placent de futurs potentiellement dangereux récidivistes sous contrôle judiciaire, ce n'est pas pour appliquer les lois que les élus de la République ont voté. Non. C'est par mauvais esprit. Alors, la loi, on l'applique à bon escient... ou on l'acquitte !

 

20. cinq balles3. Rendez des comptes !

Rendre des comptes. Cela ne leur ferait pas de mal à tous ces juges laxistes. Et qu'importe si les prisons françaises figurent parmi les plus vétustes  d'Europe, si les détenus s'entassent parfois à quatre ou cinq par cellule, et que le gouvernement a fait voter des textes visant à vider les établissements, tout en tenant le discours inverse à l'opinion publique. Tous au gnouf ! C'est un credo sain et constructif. Un message basique qui plaît aux masses. La preuve ? Le président qui en a fait son cheval de bataille depuis des années, caracole en tête des sondages en terme d'opinion favorable. 

 

 

Laurent Derneavatar

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans actu justice
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 07:30

Antonne frémit d'horreur

 

17. diaboliques

 

Dimanche 26 septembre, je participerai au 3e salon du livre d'Antonne, près de Périgueux, pour y présenter mon second ouvrage, Crimes et faits divers Périgord (Geste editions). Radio Liberté (www.radioliberte.fr/reception.htm) a d'ailleurs diffusé un sujet, mercredi sur cette publication avec une interview de votre serviteur...

 

Criminellement vôtre !

 

Laurent Derneavatar

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 19:55

La vitrioleuse venge

son honneur putassier

 

 

François vivait rue Tranquille. Louise, rue de l’Enfer. Il était voyageur de commerce. Elle faisait commerce de son corps. Tous deux devaient se marier. Mais François s’est dédit. Alors, Louise l’a vitriolé. Comme un vulgaire maquereau…

 11.-vitrioleuse.jpg

Extraits de l'ouvrage de Laurent Derne Crimes et faits divers Périgord (Geste Editions, 200 pages, 19 euros), paru au printemps 2010.

 

vitrioleuse[...] Vers vingt heures, [père et fille regagnent] la rue Tranquille, au pied de la cathédrale, où réside le quadragénaire. Dominant la ville, Saint-Front semble dresser vers le ciel des pis saillants de louve romaine. François se raidit. « Assure-toi qu’elle a bien quitté les lieux comme je lui ai demandé », supplie-t-il en tendant les clés de la maison.  Marie fait grincer l’huis. Un pressentiment morbide lui noue les entrailles comme un étau le ferait d’une bille de bois. Elle s’engage à pas lents dans l’entrée quand soudain… Louise surgit.

Tapie dans l’ombre telle une veuve noire guettant sa proie, elle se jette dans la rue. « Sauve-toi papa ! Cours ! », hurle Marie en un réflexe désespéré. Mais en trois enjambées, la veuve a tôt fait de rattraper son amant et de lui jeter au visage une fiole d’acide sulfurique. Un hurlement déchire la tiédeur de l’été naissant. « Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Mon œil ! J’vois plus rien ! ça brûle ! A l’aide ! ». Tel un lombric extrait de la douce torpeur de ses ténèbres par un coup de bêche assassin, le malheureux se tortille de douleur à même les pavés. « Crève, charogne ! », crache la vitrioleuse avant de s’enfuir à toutes enjambées. 

"Pas bon pour la veuve, ça !"

vitrioleuse.jpg[...] Dans la salle, l’agitation règne. Chacun joue des coudes pour mieux apercevoir « le vitriolé ». Celui dont les médecins ont brossé le portrait d’une gueule cassée avant l’heure. « Si les brûlures extérieures ont aujourd’hui disparu de la face gauche de son visage, son œil est perdu. Sans espoir de guérison. La cornée n’existe plus et la partie supérieure de la conjonctive est venue adhérer à la paupière », a déclaré le docteur Chaume, quelques instants plus tôt à la barre, suscitant des grimaces de dégoût dans la salle. « Le globe de l’œil est toujours intact, mais sa fonction est supprimée de manière irrémédiable ». Pas bon pour la veuve, ça, avait songé un journaliste élégant aux favoris enneigés.

 

Pour quels motifs profonds, l'accusée avait-elle estropié l'objet de son affection en ce mois de juin 1884 ? Qu'advint-il de cette "veuve" à l'âme démoniaque ? Réponses dans Crimes et faits divers Périgord !

 

avatarLaurent Derne  

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:20

Le Périgord bascule

dans le crime

DL crimesDimanche 26 septembre, je participerai au salon du livre d'Antonne et Trigonant, près de Périgueux. Organisée par l'association Lire à Antonne, cette troisième édition sera l'occasion de présenter mon second ouvrage, Crimes et faits divers Périgord (Geste éditions), dix-huit affaires qui ont défrayé la chronique judiciaire au XIXe siècle.

Demain, le blog évoquera le destin de cette vitrioleuse périgordine et de sa malheureuse victime dans le cadre de rubrique, "L'affaire de la Semaine".

 Pratique : 3e salon du livre d'Antonne et Trigonant, dimanche 26 septembre, à partir de 9h30, salle Storelli. Contact : 05.53.06.03.81.

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 09:44

Crimes et faits divers

s'exportent en Ariège


Mirepoix


Après un petit voyage au pays des millionnaires en short dont les états d'âme n'ont rien à envier à un régicide voué aux tortures les plus abominables pour expier son crime, le Blog reprend du service.

Force est de constater que les deux volumes de Crimes et faits divers (Corrèze-Cantal et Périgord) s'exportent mieux que les produits manufacturés français ! Dimanche 4 juillet, leur auteur participera au 16e Salon du livre d'histoire locale de Mirepoix (Ariège). Avant une journée de dédicaces à Salers (Cantal), l'un des plus beaux villages de France, vendredi 9 juillet... 

avatar


Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 13:09

Coup de hache

dans le contrat


Un homme a été retrouvé mort, ce lundi 10 mai 2010, tué à coups de hache dans le hall de son immeuble de Sartrouville. En 1900, à Rouziers (Cantal), un domestique d'une trentaine d'années subissait le même sort. C'est l'affaire de la semaine.


hache.jpg


Extraits de Crimes et faits divers Corrèze-Cantal (Laurent Derne, chez Geste éditions) :


[...] Domestique à Polminhac, Pierre vient de dépasser la trentaine, comme sa future épouse. C’est un homme « d’un caractère doux, mais pas très intelligent » aux dires de tous. Il se sent flatté qu’une femme le courtise, lui dont on se gausse plus que de raison. « Alors, Pierrot, paraît que tu vas bientôt devoir dire adieu à ta boutanche ? Pas trop dur à vivre ? », raillent la compagnie des valets de ferme. Mais Pierre sourit avec candeur. « Une femme veut de moi », se répète-t-il, incrédule. Le mariage célébré, il emménage sous le toit de sa belle-mère. Pour son plus grand malheur. [...]


Dès les premiers mois, la paix du ménage est troublée par des querelles perpétuelles et ce, malgré la naissance d’une fille en 1890. Docile, le mari subit les humiliations et les coups de la part de cette famille tyrannique. Jusqu’au jour où il craque. [...]


Pierre ne se méfie pas lorsqu’il reçoit, en mars 1900, une lettre de son beau-frère, l’enjoignant de reprendre la vie commune avec sa sœur. Il lui assure qu’il deviendra « le maître des lieux » à Rouziers. Finies les brimades. Promis, juré, craché. [...]


Pierre se courbe pour ramasser une pelletée. Il ne voit pas la hache de son beau-frère s’abattre sur sa nuque. « Le coup a été porté avec une extrême violence, en arrière et à gauche de la tête. Toute la partie postérieure et inférieure du crâne a été détachée », témoignera le médecin légiste au procès. [...]


Comment cette famille démoniaque couvrira-t-elle le meurtre du mari ? Quel grain de sable viendra enrayer la belle machine ? Réponses dans Crimes et faits divers Corrèze-Cantal...


Laurent Derne  avatar

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 09:21

La Montagne suit à la trace

Crimes et faits divers


 


 

montagneCrimes et faits divers Corrèze-Cantal et Crimes et faits divers Périgord ont l'honneur de la presse. Vendredi, le quotidien auvergnat La Montagne a consacré un article dans toutes ses éditions à ces deux ouvrages que je présenterai demain, dimanche 09 mai, dans le cadre du salon des écrivains à la fête de la fraise de Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze).

Petit extrait du journal : "...tout un travail appuyé sur une sérieuse documentation composée

d'articles de presse, de photographies, de témoignages d'époque. De quoi replonger dans le temps, mais se poser toujours les questions de la nature humaine et de la justice".

 

 

Laurent Derne  avatar

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 09:00

Fête de la fraise

Arsenic et vieilles gamelles

 

Dimanche, la fête de la fraise de Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze) rassemblera des milliers de visiteurs et une poignée d'auteurs dont je ferai partie. Un siècle et demi plus tôt, quelques kilomètres en amont, la foire de Beynat virait à la psychose. L'arsenic aurait-il infesté les chopines ?

 

 Beynat.jpg

 

Pris d’atroces convulsions après des heures de libations, Jean-François R., meunier de Beynat, a-t-il été victime d’une monumentale gueule de bois ? Ou d’une tentative d’assassinat ? Extraits de Crimes et faits divers Corrèze-Cantal (Laurent Derne, chez Geste éditions) :

 

 

 

Beynat« Débouche encor cette bouteille

Versons, buvons, cette liqueur vermeille,

Ah ! qu’on est bien sous cette treille,

Il n’est plus de chagrin ici… ».

Jean-François R. tangue dangereusement sur la mer houleuse d’un banc de taverne. A chaque ressac, les camarades du meunier de Beynat reprennent en cœur : « Ma femme, Dieu merci !

Tu n’es pas là, même en peinture :

Avec un brave ami

Je puis célébrer la nature  ».

 En ce mois d’août 1838, c’est jour de foire au pays de la châtaigne. Celle avec laquelle l’artisan produit une farine bon marché que se disputent les cuisinières du canton. [...]

 

BeynatS’arrachant avec peine à son énième banc de la journée, comme une huître cirrhotique à son rocher, Jean-François sent subitement monter la marée de sa colère. Que crève ce maraud qui cherche querelle à ses deux compagnons ! « Sac à vin ! Outre percée ! Terrinière ! », hurle-t-il en rossant le malotrus. Le saisissant par le collet, il le jette séance tenante hors de l’estaminet. « Celle-là, au moins, elle s’ra pas perdue pour tout le monde », se réjouit le meunier en portant à ses lèvres la chopine de son adversaire terrassé. Mais un goût amer lui arrache une grimace de dégoût. « Pouah ! De la lie… », peste-t-il en jetant le reste du godet sur le sol en terre battue [...] pris de douleurs épouvantables au ventre. « Passe-moi ta gourde d’eau de vie », supplie-t-il Ricou. Mais ces ultimes rasades ont définitivement raison de son estomac. « Ça me brûle la gorge et les entrailles », hurle-t-il entre deux gerbes que font scintiller la lune pleine. [...]

 

BeynatLe médecin dépéché sur les lieux ne doute guère. « Chaleur au gosier et à l’estomac, sentiment de constriction de la gorge, douleur aiguë de l’appareil digestif, fétidité de l’haleine, angoisse, pouls petit, peau et membres inférieurs glacés, teint pâle et plombé, délire, raideur des membres, altération de la voix… », marmonne-t-il dans son collier de barbe en rédigeant son rapport. « L’empoisonnement. L’arme habituelle des lâches ». Le praticien saisit sur le champ le juge de paix...

 

 

Le meunier s'est-il tiré de ce sale pétrin ? Qui souhaitait l'empoisonner ? Comment la justice a-t-elle mené l'enquête ? Réponses dans Crimes et faits divers Corrèze-Cantal... ou dimanche 9 mai à la fête de la fraise de Beaulieu-sur-Dordogne.

 

 

Laurent Derne  avatar

 

 

  

Repost 0
Published by Laurent Derne - dans Crimes anciens
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • : Retour sur de vieilles affaires criminelles et la justice du XIXe siècle, principalement en Auvergne, Limousin, Aquitaine et Midi-Pyrénées (Corrèze, Cantal, Périgord...) et décryptage de l'actualité judiciaire. Le blog de Laurent Derne.
  • Contact

Recherche

Liens