Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 18:38

Les Thénardier
supplicient leur angelot


Victor Hugo - le Misérable génie - n'a rien inventé. Au XIXe siècle, l'enfant n'avait pas encore acquis le qualificatif de "roi".
Et l'on n'hésitait pas à se débarrasser, sans autre forme de procès, des bouches encombrantes à nourrir. Témoin cette affaire de 1849, où un couple d'aubergistes tullistes, tristes Thénardier au coeur de pierre, supplicie Antoine, son angelot de quatre ans.

blog-Tenardiers.jpg

Extrait de "Crimes et faits divers Corrèze-Cantal"
(Geste éditions), par Laurent Derne :
 

« Dis qu’il passait son temps à tomber. Dis-leur bien… ». Le visage décomposé par l’anxiété, Thomas M. a beau chuchoter ses consignes morbides à son épouse Françoise, un gendarme de l’escorte les saisit à la volée. Il en avertit aussitôt son supérieur, de faction devant la porte de la salle d’autopsie. « Avec les traces de coups relevées sur le corps du gamin, les langues qui se délient parmi les clients de l’auberge et ces semi-aveux, ils n’échapperont pas à la guillotine ! », tonitrue l’officier, prenant un malin plaisir à observer la pupille du couple démoniaque se dessiller de frayeur à cette évocation. [...]

Parents de deux enfants, Thomas et Françoise M. avaient conçu contre le troisième, une antipathie inexplicable. Lorsqu’on le retira des bras protecteurs de sa nourrice, à l’âge de deux ans, il était bien portant. « Robuste, il jouissait d’une excellente santé », égrène le greffier criminel. Mais sous l’influence des mauvais traitements, et des privations, qu’on lui fit subir, sa santé ne tarda pas à s’altérer. « Il devint pâle, triste et languissant. Son état de souffrance, loin d’inspirer à sa mère des soins plus tendres et plus délicats, lui faisait dire qu’elle tenait cet enfant en horreur ». [...]


Tué à petit feu, pendant quatre mois, le gamin faisait peine à voir. « Toutes les personnes témoins des douleurs de cet infortuné souhaitaient que l’heure de la délivrance arrivât pour lui », relate un journaliste. Que n’ont-elles fait davantage pour le sauver ?

Quelle sentence ?

Comment le jury a-t-il réagi à cette litanie d'atrocités ? Quelles fut l'attitude des parents indignes dans le box ? Quelle sentence la cour a-t-elle prononcé ? Les Thénardier sont-ils parvenus à sauver leur tête ? Réponses... dans le chapitre 17 de "Crimes et faits divers Corrèze-Cantal" ! Bonne lecture ! :-)  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by laudiencestlevee.over-blog.com - dans Crimes anciens
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • Le blog de laudiencestlevee.over-blog.com
  • : Retour sur de vieilles affaires criminelles et la justice du XIXe siècle, principalement en Auvergne, Limousin, Aquitaine et Midi-Pyrénées (Corrèze, Cantal, Périgord...) et décryptage de l'actualité judiciaire. Le blog de Laurent Derne.
  • Contact

Recherche

Liens